Interview de Dirigeant – Patrick BERTHET

1. Votre histoire, votre entreprise

Je vous propose de vous présenter, de nous parler de votre parcours et de votre entreprise.

Je m’appelle Patrick Berthet, je dirige un site industriel au sein d’une société Conductix-Wampfler. Nous développons et nous produisons des radiocommandes industrielles pour différents domaines d’activités comme le levage industriel, l’intra logistique avec des solutions utilisées pour centres de tri de colis automatisés… Le point commun entre toutes ces applications est le besoin de nos clients de radiocommandes industrielles sécuritaires. Cela nous oblige à mettre en oeuvre des protocoles spécifiques au niveau du développement de ces produits à la fois sur le soft et sur le hardware.

Le site dont je m’occupe, compte près de 60 collaborateurs. Conductix-Wampfler c’est à peu près 1400 collaborateurs à l’international au sein de 12 usines et plus de 30 agences commerciales. C’est une division du groupe français Delachaux Group qui rassemble plus de 3 800 collaborateurs dans le monde, pour un chiffre d’affaires dde 964 M€ en 2019.

De mon côté, j’ai rejoint l’entreprise l’année dernière. Je suis issu d’un parcours industriel, ingénieur de formation, j’ai commencé dans la microélectronique. J’ai travaillé pendant plus de 10 ans chez SOITEC, à différents postes toujours en lien assez étroit avec la production. Par la suite, j’ai travaillé 7 ans en tant que Directeur de site dans une entreprise japonaise : Nidek, qui développe du matériel médical dans le domaine de l’ophtalmologie et de l’optique.

L’Entreprise DU FUTUR a pour but de créer de la « confiance » entre dirigeants. Pour vous, qu’est-ce que signifie cette notion au sein de votre entreprise ? 

Si je commence par l’entreprise et par les collaborateurs, la notion de création de confiance commence par le partage d’informations et de la vision vers laquelle nous voulons aller.

En 2020,
notre activité a fortement baissée sur les mois d’Avril et de Mai, nous avons eu recours à l’activité partielle, il a fallu s’adapter pour garder les équipes mobilisées. Ce n’était pas forcément simple. Le plus important, c’est de ne pas avoir peur d’aborder tous les sujets, même quand ils sont difficiles.

Il faut savoir rester optimiste, sinon c'est difficile d'avancer et d'amener les équipes avec vous.

Il faut savoir rester optimiste, sinon c’est difficile d’avancer et d’amener les équipes avec vous. Être le plus transparent possible et essayer de donner les points d’étapes. Au début du mois d’avril, nous ne savions pas combien de temps la crise allait durer, ni comment nous allions en sortir, donc nous avons communiqué régulièrement avec les équipes. La confiance part de la, une communication la plus honnête possible. Il faut accepter les questions des collaborateurs, y répondre avec un maximum de transparences et donner une vision de la direction dans laquelle on souhaite aller. C’est d’autant plus important lorsque nous traversons une période d’incertitudes.


Concernant les clients, je pense que la confiance passe par la compréhension de leurs attentes. Chez Conductix-Wampfler, nous avons la chance de pouvoir adapter nos produits et nos solutions par rapport aux attentes de nos clients. donc nous raisonnons plus en termes de solutions que de produits. Il faut bien comprendre et caractériser le besoin du client. Une fois que nous  avons validés la solution, nous tenons nos engagements, nos délais en fournissant le meilleur niveau de qualité possible. Si nous rencontrons des difficultés, nous en parlons ensemble. Quand nous avons des questions de nos clients, nous répondons avec transparence et nous réagissons vite pour trouver les solutions.

Quelle vision avez-vous de l’entreprise de demain ? 

Une entreprise qui essaye de se projeter vers l'avenir, c'est une entreprise qui s’engage pour ses collaborateurs !

Une entreprise qui essaye de se projeter vers l’avenir, c’est une entreprise qui s’engage pour ses collaborateurs ! Vous ne pouvez pas demander à vos collaborateurs d’être investis si vous ne tenez pas compte de leurs préoccupations et de leurs attentes. C’est valable tant sur le plan professionnel qu’extra-professionnel : est-ce qu’ils ont un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, est-ce qu’ils ont des engagements sociétaux en dehors de l’entreprise… Une entreprise engagée, c’est une entreprise qui met en place tout ce qui est nécessaire pour maintenir la motivation de ses collaborateurs !

Si nous n’avons pas une équipe mobilisée, nous aurons beau avoir des produits de qualité et des opportunités, l’entreprise aura des difficultés pour progresser dans la durée. Toutes les entreprises ont un certain taux de turn-over au de leurs employés, mais nous devons compter sur une base solide de collaborateurs avec qui nous partageons des valeurs communes. Ce n’est pas toujours facile d’arriver à fédérer tout le monde autour d’objectifs communs,  mais la réussite d’une entreprise est avant tout un travail collectif !

En tant que chef d’entreprise, quel(s) conseil(s) pourriez-vous transmettre à vos pairs entrepreneurs pour surmonter cette crise sanitaire ?

Chez nous ce qui a bien marché, c’est de maintenir la communication et même de la renforcer. Dès la mi-mars, 40 à 50% de nos collaborateurs ont débuté le télétravail. Il était important de garder la communication avec les salariés à l’extérieur. Nous nous sommes organisés pour qu’ils reviennent régulièrement sur le site.


En mars, il y avait une vraie crainte par rapport aux risques sanitaires, donc nous avons mis en place des protocoles sur le site pour les protéger : gestes barrières, planning pour que chacun ait une place pour déjeuner dans le réfectoire… Nous avons essayé de les impliquer dans les choix que nous avons faits et dans les solutions mise en place. Ce sont des choses toutes simples, par exemple, pour que l’on puisse manger en toute sécurité nous avons mis des barrières plexiglas entre les tables. Ce sont les collaborateurs qui les ont construits et installés. Nous n’avons pas la main sur la crise sanitaire mondiale, en revanche nous pouvons faire des actions sur notre site pour assurer la sécurité et rassurer les salariés.


Dans ce genre de situation, soit on se recroqueville sur soi-même et on attend que ça passe, soit on se retrousse les manches et on essaie d’avancer pour trouver des solutions ! Et souvent, ce sont les solutions qui viennent du terrain qui sont les plus pertinentes et c’est pour cette raison que nous impliquons les collaborateurs. 

2. Votre engagement aux côtés de l’Entreprise DU FUTUR

Qu’attendez-vous de l’Entreprise DU FUTUR en tant que membre du Programme Présidents ? 

J’ai adhéré à l’entreprise DU FUTUR depuis la première édition, et j’ai pu partager des moments d’échanges extrêmement intéressants : pouvoir confronter nos idées, nos problématiques, nos questionnements. Je n’avais aucun doute sur la qualité du contenu. Je fais 100% confiance à l’Entreprise DU FUTUR ! Ce que je recherche, ce sont des échanges avec d’autres dirigeants intéressants et inspirants, trouver des bonnes idées, des bonnes pratiques, qui ont pu être expérimentées par d’autres pour pouvoir gagner du temps et m’enrichir personnellement et professionnellement.

Dans le cadre de votre adhésion, prévoyez-vous d’être présent à la prochaine édition du Congrès annuel de l’Entreprise DU FUTUR, prévue le 1er juillet 2021 ?

Je vous confirme avec plaisir ma présence pour cette nouvelle édition du Congrès Entreprise DU FUTUR.